Les vraies valeurs !


Vous connaissez l’assertivité ? Ce comportement positif qui nous permet de pensez Gagnant/Gagnant ? Ce comportement qui, lorsqu’il nous fait défaut, nous plonge dans la passivité pour certains, l’agressivité pour d’autres, ou la manipulation…
Faire du business demain va demander de savoir être assertif, travailler son éthique, sa moralité. Si on continue à la jouer gagnant/perdant avec les clients, les consommateurs, ils vous le feront payer cher!
C’est un des trois piliers de la négociation: chercher à faire gagner l’autre!
Ca vous intéresse de retravailler la culture commerciale de votre entreprise? faire évoluer votre mode de management?

Parlons-en!

Le travail en mode « hybride »

Encore un changement dans la vie des entreprises. Le travail en « mode hybride » voilà un terme qui est entré dans notre langage courant.
Depuis l’ordonnance de 2017 qui signait la mise en place d’accord intra entreprise pour la mise en place du télétravail, la crise du COVID-19 a forcé la main aux managers encore réticents.
Pour autant, j’entends ici et là des discours hallucinants!!! Pour certains la période Covid n’était pas du télétravail mais du confinement! Donc la mise en place des accords d’avant crise ne sont pas revus et leurs contenus obsolètes ne tenant pas compte de l’expérience de plus d’un an, vont créer du désengagement !
86% des télétravailleurs ont été plus productifs pendant la crise en travaillant en moyenne 1,4 jours de plus par mois!
Ce qui signifie que 14% ont été moins productifs. Le fait de créer des règles ou des chartes basées sur ces 14% revient à ne pas tenir compte des efforts et de l’engagement des 86% !
Dés lors, que vont ressentir ces personnes qui parfois ont investi de leurs deniers personnels pour s’équiper en écrans, bureaux et autres casques ? Ceux la même qui ont maintenu l’activité coûte que coûte et qu’on limite à 1 jour de télétravail par semaine en interdisant le télétravail le lundi, le vendredi et qui doivent fournir un justificatif de garde d’enfants si ils veulent télétravailler le mercredi…

Nos modes de travail ont évolué. 50% des compétences utilisées dans les entreprises étaient vues comme potentiellement obsolètes en 2020 par une étude de prospective de 2017.
Ces nouvelles pratiques représentent un exercice d’équilibriste entre autonomie, accompagnement, confiance et contrôle, et peuvent amener leur lot d’inquiétudes :
• Comment manager mes équipes à distance aussi bien qu’en présentiel ?
• Comment créer une synergie et une cohésion d’équipe grâce au management hybride ?
• Comment optimiser l’utilisation des outils collaboratifs pour travailler de manière efficace ?
• Comment maintenir l’engagement dans ce contexte de changement forcé?
Conscients de toutes ces problématiques, je vous propose d’accompagner votre management pour ne pas tomber dans les pièges de l’ignorance et d’un management basé sur la méfiance alors que nous cherchons tous à évoluer dans la confiance réciproque.
Parlons en!

L’engagement…

« Je me suis engagé chez XX ! » Qui a déjà entendu un ami, un collègue, un voisin,… sortir cette phrase ?

Cette phrase reste, dans l’esprit commun, associé à l’armée. Même aujourd’hui on n’entend plus trop ce type de remarque qui sonnait plus comme un cri de fierté, une déclaration de courage, une demande de reconnaissance et d’admiration devant tant d’abnégation…

Oui, aujourd’hui on est passé à : »j’ai été engagé ! »; « Je me suis fait engager! ». Il y a deux façons de comprendre la phrase. Pour garder le sens premier du verbe, cela signifie que c’est du passé. On a été engagé, impliqué, mais c’est terminé ! La deuxième interprétation nous laisse penser que c’est toujours d’actualité mais avec un sentiment de victimisation de l’acte car on pourrait rajouter : « malgré moi! ».

Cela signifie-t-il qu’il n’y a plus de fierté à s’engager dans une entreprise ? Globalement…Non ! L’entreprise aujourd’hui ne représente plus cette chance, cette opportunité de vie qui susciterait la fierté d’un candidat se voyant offrir l’honneur de la rejoindre… Avec le turn over qu’il y a sur tout type de poste aujourd’hui, le fait de rejoindre telle ou telle entreprise est normal, et plus ou moins stratégique vis à vis de son CV par rapport à ce qu’elle représente sur le secteur à un instant précis.

Les Start-up attirent tant qu’elles sont en pleine croissance, jeunes et prometteuses. Il y a de la fierté à s’engager dans une aventure à laquelle on adhère. Passé un certain stade, elles sont des entreprises comme les autres. Il n’y a plus aucune fierté à rejoindre une boite qui a perdu de son dynamisme, sa fougue, son impertinence…, son âme…

Voilà donc une piste ! Susciter l’engagement des collaborateurs ne passe-t-il pas par l’action de redonner une âme à son entreprise…? Retrouver un esprit fougueux, impertinent, innovant? Je vous en gage !

Antoine de Saint-Exupéry a écrit « – Si tu veux construire un bateau, ne rassemble pas tes hommes et femmes pour leur donner des ordres, pour expliquer chaque détail, pour leur dire où trouver chaque chose. Si tu veux construire un bateau, fais naître dans le cœur de tes hommes et femmes le désir de la mer. »

Tout est dit.

Les carottes : la motivation extrinsèque

Les carottes sont excellentes pour la santé humaine, pas pour la santé de l’entreprise !

Même si il est vrai que certaines personnes y sont accros, la grande majorité considère les carottes comme une source de stress et d’anxiété. Elles ne correspondent plus aux attentes des collaborateurs nouvelle génération.

C’est une réminiscence des vieilles méthodes de management fondées sur la méfiance du salarié.

« – Je me méfie de ta capacité a atteindre les objectifs, donc pour te pousser à y arriver je te propose une carotte ! »

L’inconvénient c’est qu’une fois consommée, la motivation retombe et il faut sans arrêt réapprovisionner en carottes… Et plus çà va, plus les carottes doivent être grosses…

Le fond du problème c’est la motivation, l’envie de bien faire ce pour quoi on s’est engagé.

Alors si on supprime les carottes, comment motive-t-on ses équipes ?

Les sources de motivation sont diverses et pour ceux qui s’y intéressent, la notion de « gestion de l’expérience collaborateur » fait émerger une liste impressionnante de sources de motivation et d’engagement qui ont un coût bien moindre pour un retour sur investissement supérieur et surtout… durable !

L’idée du jour linkedin : “Pour un salarié, avoir une activité sportive régulière c’est presque 3 ans de plus d’espérance de vie, et pour l’entreprise, c’est un gain de productivité considérable!” (J-L. Coustenoble, DG Casal Sport)

Pensez qu’il y a en votre sein, des ressources inexploitées, des Talents qui ne demandent qu’a s’exprimer. L’envie est la première source de motivation intrinsèque !

Thomas Lorette, Consultant Formateur, Coach.

Bonjour et bienvenue sur ma page !

Consultant-formateur, expert certifié ICPF & PSI en management et en vente, j’ai créé mon cabinet de conseil en 2006, et j’interviens depuis dans tous types d’entreprises (EDF, Orange, ENGIE, Partouche, ING, Caisse des dépôts, CCI, Fnac, Bouygues télécom, Johnson & Johnson, pour les plus connues…)

Je réalise des audits managériaux, du conseil et de l’accompagnement des dirigeants, managers et responsables sous forme de coaching et de formation.

Je travaille en direct et en en sous-traitance avec les plus grands organismes de conseil et de formation français (Demos, Cegos, Cnam, Amplitude, ORSYS…) et je suis membre du réseau Meras Network.

Mon intime conviction réside dans la puissance que possède le management à créer de la productivité et de la croissance. Je suis convaincu par le modèle de l’entreprise « libérée » en mode « Bottom-up ». Je travaille à la responsabilisation des niveaux hiérarchiques dans le bien-être des équipes, afin de développer « l’engagement », la motivation intrinsèque, l’envie plutôt que le stress et les primes.

J’aide les entreprises à passer du modèle « Comment » au modèle « Pourquoi » et permettre ainsi le développement et la croissance dans les meilleures conditions humaines!

Au plaisir d’échanger avec vous sur vos besoins et problématiques! Très cordialement

Thomas Lorette